esapce Présentation ...
esapce
Neptune
espace espace
   
“Ouvre, Arelate, douce hôtesse, ton double port, Arles, petite Rome gauloise ; tu es coupée par le cours impétueux du Rhône au milieu duquel un pont de bateaux forme une place où tu reçois les marchandises de tout le monde romain ; cependant tu ne les retiens pas pour toi, tu enrichis les autres peuples et les autres villes que possède la Gaule et le vaste sein de l’Aquitaine.”


 
(Ausone - Decimus Magnus Ausonius, vers 310-395, Oeuvre en vers et en prose, Tome I, sur son classement des villes gauloises célèbres).  
   
   
La mise en scène sacralisée de l’ultime et magnifique espace de cette exposition contribue à mettre en valeur d’une manière innovante les derniers secrets du Rhône.  
   
Là surgissent d’un fleuve surnaturel des sculptures et des massifs d’architecture qui dévoilent la monumentalité et l’opulence du quartier de Trinquetaille, sur la rive droite.  
   
Les pièces exceptionnelles présentées dans cette partie ne sont pas déconnectées du fleuve ; au contraire, de grands socles canalisent son flux impétueux et magique, des blocs d’architrave s’enfoncent dans le limon, des chapiteaux émergent de son lit...  
   
Des monstres aquatiques projetés sur les cimaises rappellent peut-être les grands silures rhodaniens. Seraient-ce les derniers gardiens des richesses englouties ? Ils rappellent le caractère fantasmagorique des grands fleuves du monde antique, qui ouvraient sur les portes de l’Enfer.  
   
C’est dans cette salle étrange, près d’une victoire en bronze doré, d’un magnifi que captif d’influence grecque et d’une grande statue de Neptune en marbre, qu’apparaît le portrait inédit de Jules César, père fondateur de la colonie romaine d’Arles.  
   
En quittant cette salle, un film détaille la restauration et l’analyse des oeuvres.  

Statue de Neptune en 4 parties, marbre.
Fouille du Rhône, 2007.
© Maby J.-L. et Roux L.