mdaa

L'exposition




Se payer le luxe d’une exposition internationale :


"En 2010, la Bibliothèque nationale de France confiait au Getty Museum de Los Angeles pour restauration un des plus fameux trésors d’argenterie de l’Antiquité romaine : le trésor de Berthouville. De ce partenariat naquit le projet d’une très riche exposition consacrée au luxe romain qui fut présentée dans quatre métropoles des États-Unis : Los Angeles, San Francisco, Kansas City et Houston. Le musée départemental Arles antique accueille à son tour cette exposition pour une période de six mois. Mais loin de se contenter de récupérer une exposition itinérante déjà scénarisée, les commissaires ont décidé d’en élargir le propos en mettant en regard ces collections exceptionnelles de la Bibliothèque nationale de France (BNF) avec celles du musée qui comportent de très nombreux témoignages de ce que pouvait être le luxe dans l’Arles antique."

Mathilde Avisseau-Broustet, conservatrice au département des Monnaies, Médailles et Antiques de la BNF
Cécile Colonna, conservatrice du patrimoine, INHA
Fabrice Denise et Nicolas de Larquier, conservateurs au musée départemental Arles antique

Seule étape française pour cette exposition, le musée d’Arles exposera ces trésors jusqu’en janvier 2018 avant qu’ils ne continuent leur parcours international, cette fois-ci vers Copenhague...



Comité d’organisation de l’exposition Commissaires scientifiques : Mathilde Avisseau-Broustet, conservatrice au département des Monnaies, Médailles et Antiques, BNF et Cécile Colonna, conservatrice du patrimoine, INHA. Commissaires exécutifs : Fabrice Denise et Nicolas de Larquier, conservateurs au musée Assistés de : Jessy Ruiz, service Conservation, Administration des collections et des expositions.

Comité d’organisation de l’exposition

Commissaires scientifiques :
Mathilde Avisseau-Broustet, conservatrice au département des Monnaies, Médailles et Antiques, BNF et Cécile Colonna, conservatrice du patrimoine, INHA.

Commissaires exécutifs :
Fabrice Denise et Nicolas de Larquier, conservateurs au musée, assistés de : Jessy Ruiz, service Conservation, Administration des collections et des expositions.

Statues , vaisselle précieuse, bijoux, monnaies, camées... 150 œuvres d’un raffinement extrême

Les œuvres prêtées par la Bibliothèque nationale de France sont d’une qualité et d’un raffinement extrême mettant à l’honneur le travail de la métallurgie et de la joaillerie. Utilisées pour la mise en scène de la richesse et du pouvoir de ceux qui les portent ou les distribuent, elles servent aussi dans le moment central de la vie sociale, le banquet, et peuvent enfin témoigner de la piété envers les dieux lors de leur dédicace dans un temple. Ces œuvres, statues d’argent, vaisselle précieuse, bijoux en or et en pierres, monnaies et lingots d’or, intailles et camées... se distinguent par leurs matériaux précieux, par le talent des artisans et artistes qui les ont créées, et par les images complexes qu’elles offrent au regard.

Les trésors de l'Arles antique

En parallèle de la présentation des trésors de la BNF, nous proposons au visiteur une promenade thématique dans les collections permanentes à la recherche des objets de luxe arlésiens. Un focus sera fait sur plusieurs pièces maîtresses dont le buste présumé de Jules César, le Neptune, la victoire et le captif en bronze, les mosaïques...

Les enduits peints

Salle d’exposition - 1er étage
Le public pourra découvrir en avant-première quelques-unes des très belles peintures murales uniques en France, découvertes ces trois dernières années sur le site archéologique de la Verrerie à Trinquetaille, dignes des décors peints des maisons de Pompéi.

Organisation du parcours de l'exposition :

Partie I

Le grand espace d’exposition temporaire du MDAA (environ 300 m²) reçoit le cœur de l’exposition : les chefs d’œuvre prêtés par la BNF (147 œuvres dont plus de 90 provenant du Trésor de Berthouville).

Partie II

L'espace des collections permanentes du musée est ponctué de 10 focus thématiques portant sur l’expression du luxe dans l’Arles antique.

Partie III

L’espace d’exposition du premier étage (110 m²) propose un focus sur les peintures antiques récemment découvertes à Arles sur le site archéologique dit de la Verrerie, à Trinquetaille.


Partie I : trésors de la BNF

Introduction : le luxe antique au Cabinet du Roi de France

L’histoire du “Cabinet du roi” d’où proviennent ces collections est évoquée ici. L’œuvre mise en exergue est le camée de Chartres, dont la qualité et l’histoire sont emblématiques : ce très beau camée romain du I er siècle a été offert en 1367 par Charles V lors d’un pèlerinage à la cathédrale de Chartres, pour orner la châsse de la sainte chemise de la Vierge. Lors de la Révolution française, la châsse fut détruite et le camée prélevé pour le cabinet des Médailles.



Section I : Or, richesse et pouvoir


Cette première section aborde la question du luxe par le matériau le plus précieux : l’or.
Les thèmes traités sont la prospérité de l’Empire romain, les valeurs de l’or, l’usage de l’or comme richesse (monnaies, lingots, notion de trésor) mais aussi comme symbole d’un statut social et du rapport au pouvoir. Cette section présente notamment la spectaculaire patère de Rennes, un plat décoré en or massif.



Section II : porter le luxe


Cette section présente une plus grande variété de matériaux : or mais aussi pierres fines et pierres précieuses, rares verres-camées. Elle montre de quelle manière les bijoux, tels que les intailles et camées à l’effigie impériale, reflètent le statut de ceux qui les portent. Ce luxe se traduisait aussi par les vêtements, les coiffures et par les parfums, qui peuvent être contenus dans des flacons eux-mêmes exceptionnels (vases-camées).


Section III : le faste de la maison


Cette section, complémentaire de la précédente, montrera comment, par les matériaux employés, le raffinement artistique et l’iconographie des œuvres très diverses traduisent la position et les choix des riches Romains. Les décors de la maison évoquée sont faits pour impressionner les visiteurs comme pour le plaisir des habitants : sculptures de bronze, mosaïques, mobilier de marbre, reliefs muraux. Le banquet, central dans la vie aristocratique, est l’occasion parfaite pour montrer son statut, mélangeant apparat, culture et plaisirs. La vaisselle précieuse utilisée dans l’Antiquité est rarement parvenue jusqu’à nous, rendant d’autant plus précieux les missoria en argent ou coupes en sardonyx présentés.


Section IV : un trésor votif, le trésor de Berthouville


Ce trésor de temple, qui constitue la section la plus importante, est l’un des rares qui nous soit connu : il était consacré à Mercure Canetonensis, dieu du commerce. Les 93 pièces retrouvées, en argent ou argent doré, sont d’un poids total de plus de 25 kg. On y trouve deux statuettes de Mercure, un ensemble de pièces de vaisselle de table richement ornées, œuvres luxueuses principalement dédiées par un certain Quintus Domitius Tutus, et de nombreuses offrandes au dieu portant souvent son effigie et le nom des dédicants. Cette section permettra de voir le luxe sous l’angle religieux et de la dévotion notamment avec les très beaux vases de banquet dédiés par Tutus qui montrent le passage du plaisir personnel à la dédicace votive. Les dédicaces montrent la diversité sociale et ethnique des donateurs, femmes aussi bien qu’hommes, (Gaulois, Gallo-Romains, Romains, pérégrins...)


Partie 2 : trésors de l'Arles antique

L’idée est de proposer au visiteur un parcours éphémère dans les collections permanentes du musée, qui met en valeur d’autres formes d’expression du luxe, liées au contexte de l’antique cité d’Arles. Ce parcours se décline en 10 ensembles thématiques :

Le portrait présumé de Jules César , un portrait luxueux pour une jeune colonie,

La vaisselle de bronze, évoquant le luxe domestique,

Le luxe lié au commerce et à la prospérité de la ville antique,

La statue de Neptune , pour le luxe et la dévotion,

Le Captif et la Victoire , témoignant d’une technique rare, réservée aux grandes œuvres : la fonte à la cire perdue,

La numismatique, en lien avec la question de l’argent, de la monnaie,

Le luxe des bijoux et parures,

La statue du Faune : le luxe de la maison et la diffusion des modèles grecs dans l’empire,

La mosaïque de l’Aion , autre facette du luxe domestique,

Le sarcophage de Phèdre et Hippolyte, pour le luxe et la sépulture.



Partie 3 : les luxueuses peintures arlésiennes de la maison de la Harpiste

La salle d’exposition du 1er étage est un espace dédié à la présentation de quelques fragments de peintures murales du Ier siècle avant J-C. découverts en 2014 sur le site archéologique de la Verrerie à Arles. Ces peintures, de conservation et de réalisation à ce jour sans équivalent en France, sont des vestiges inestimables du patrimoine romain. Elles seront présentées pour la première fois au public.











Fouille terrestre de la verrerie

De la terre au musée : épisode 1
3mn23

voir










Fouille terrestre de la verrerie

De la terre au musée épisode 2
3mn48

voir










Fouille terrestre de la verrerie

De la terre au musée épisode 3
3mn31

voir

Partenaires et prêteurs

logo 20mn
logo figaro magazine
logo fanc
logo Inrap
logo BNF
logo Getty



Expo temporaire + collections permanentes : 8 €
Tarif réduit : 5 €
Gratuit le 1er dimanche du mois.

Venir au musée

En train, en voiture, en navette

Visiter le musée

Visites de groupes et visites individuelles

Préparez votre visite

Pass touristiques, préparer sa visite,
groupes et scolaires, boutique,
toutes les infos pratiques

Contactez le webmestre

Musée ouvert tous les jours de 10 à 18h
FERMÉ LE MARDI
Fermeture : 1er janvier, 1er mai, 1er novembre
et 25 décembre








departement 13